23 septembre - 7 semaines après le deuxième sinistre ...

23 septembre - 7 semaines après le deuxième sinistre ...
Il y a les procédures, il y a l'administratif et il y a l'humain derrière ... qui s'accroche !

Pour reprendre les tribulations de Croc’Mon Bio et faire le lien avec notre premier article, je reviendrais sur notre dernière affirmation : « Aujourd’hui il refuse toujours de nous recevoir en présence des responsables de Logirep … », il faut savoir que précisément c’est notre bailleur qui refuse toute réunion avec le maire si nous sommes présents … Puis je reprendrais une question simple sur quasiment toutes les lèvres à l’écoute de notre histoire : mais pourquoi ce bailleur fait-il cela ? Quel(s) intérêt(s) ? Pourquoi refuse-t-il d’effectuer cette réparation somme toute minime pour un organisme de cette taille et au vu des financements qu’il reçoit non pas seulement de la commune ou de la région mais de l’Europe ?

Revenons aux origines : Imaginez deux lapins sauvages, dans l’urgence de trouver une surface qui remplace leur micro boutique de l’époque, dans une dynamique extrêmement positive, en plein développement de projet, suivis par des particuliers toujours plus nombreux qui vous encouragent moralement mais aussi vous soutiennent en investissant dans votre projet, qui réclament plus d’espace aussi pour pérenniser nos rencontres, nos mini concerts au-delà de la partie purement commerciale de l’épicerie générale proposée …

Un jour hasardeux vous fait prendre la rue de la Bièvre que vous ne connaissiez pas, une pancarte à louer sur un local plain-pied brut de béton au moins trois fois plus grand que votre gargote du moment, une belle surface de vitrine, un bâtiment neuf … c’est presque trop beau pour être vrai !

Rendez-vous pris, dossier déposé, un coup de téléphone quelques jours plus tard, on part signer ! C’est une nouvelle aventure qui débute … oui mais quelle aventure !?

Je ne reviendrais pas en détail sur les 9 mois d’enfer qui ont suivi avant de pouvoir ouvrir notre commerce au public … Nous avions déjà un avant-goût des manquements de Logirep, d’incompétences avérées en blocages divers, nous avons mis à jour un certain nombre de malfaçons et ou d’anomalies à différents endroits du bâtiment que nous avons eu à utiliser.

Nous avions un mal fou à obtenir des réponses en rapport avec nos questions et nos problématiques, leurs seuls arguments furent de nous attaquer en tant que personnes et nous taxer d’incapacité à gérer notre affaire …

Nous avons finalement pu accueillir nos fidèles adhérents, investisseurs et clients dans une liesse dont nous avons un souvenir exceptionnel juste avant les fêtes de noël 2018 !

Le répit est de courte durée décembre 2019, nous nous apprêtons à fêter notre première année dans les lieux … le 19 décembre nous assistons au « sale » naufrage de notre boutique … On se retrouve les pieds dans le caca et on ne se doute pas que ce n’est qu’une entrée en matières très soft à côté de l’enfer qui nous attend …

Aujourd’hui, au-delà de toutes les batailles physiques et morales que nous avons eu à mener au quotidien, les différents interlocuteurs que nous avons eu à côtoyer dans cette affaire, les manifestations d’incompétences, de mauvaise foi jusqu’à la malveillance, les vautours qui rôdent pour vous prendre les derniers centimes que vous pourriez encore posséder, la méchanceté de ceux qui n’aiment pas les valeurs que vous défendez, bref tout ce microcosme négatif qui vous baigne et vous use véritablement et profondément … Et bien le plus difficile reste la répétition en continue ! les boucles auxquelles ont vous soumet au travers des justifications incessantes que vous devez fournir, les insinuations dont vous êtes victimes, l’énergie que vous devez déployer pour rester debout et faire face. Plus vous êtes transparents, plus on vous demande de l’être … Jusqu’à la mort !

Parce que ne l’oublions pas, nous n’avons pas demandé d’avoir les pieds dans la merde ni de voir tous nos efforts de plusieurs années anéantis en 20 minutes pour une simple négligence d’inconnu et que les responsables en mesure de stopper vos déboires refusent de reconnaître, que vous perdez du coup pour la deuxième fois votre local remonté de vos 4 bras avec les moyens du bord et que vous avez eu la chance de pouvoir ré-ouvrir 16 mois après le premier sinistre et ce seulement pour 5 mois date du deuxième sinistre, que l’on vous empêche chaque jour de poursuivre votre activité et gagner votre vie. Par opposition, il semble normal aux différents organismes en jeu de nous demander à nous de justifier les erreurs des autres, de prouver l’évidence, d’avancer l’argent que nous n’avons plus, de rester souriants et courtois face aux insultes et intimidations de ceux qui protègent juste leur image, d’être patients pendant que nos interlocuteurs partent en vacances, attendre de nos experts des réponses, se rendre compte qu’ils ne font que vous renvoyer vos propres questionnements, nous demandent comment et ce que nous comptons faire, quelles décisions nous pensons prendre alors que tout cela dépend d’eux, être convoqués comme de mauvais élèves par votre banquier, relancés et sommés par vos fournisseurs d’épurer vos « dettes » sous couvert d’une menace de contentieux, rester en état de disponibilité continuelle et immédiate pour toute convocation justifiée ou non pour montrer votre bonne volonté et votre désir réel de voir les choses se résoudre, je passe également sur le traitement sexiste de cette histoire où en tant que cheffe d’entreprise on va jusque nier votre existence parce qu’en tant que femme vous ne pouvez pas, c’est évident être décisionnaire autant que votre associé masculin et comment les différents interlocuteurs peuvent s’acharner à aller chercher votre co-fondateur pour provoquer ces fameux duels de mâles qui n’ont aucun rapport avec la choucroute,  bref toutes ces petites choses qui permettent d’éluder les véritables questions et régler les problèmes de façon purement factuelle, pour finir se voir balader à l’infini  pour la simple et bonne raison qu’une fois exsangue financièrement, votre dépôt de bilan reste leur planche de salut … à tous !

Liquidation des dossiers express, pour les responsables plus de comptes à rendre, plus de solutions à produire, plus d’indemnisations à verser, plus de voix pour celui qui dénonce …

Hormis ce ras le bol, cette tristesse et ce dégoût qui nous habitent aujourd’hui, je peux désormais répondre à la première question posée : aujourd’hui moins qu’hier Logirep est prêt à reconnaître ses manquements car cela équivaudrait pour cet organisme à reconnaître toutes ses erreurs accumulées depuis plus de 20 mois à l’encontre de notre société ainsi que mettre à jour ses process peu conventionnels et ses manœuvres déontologiquement discutables au travers de représentants tout aussi hargneux verbalement que leurs méthodes d’usure répétées.

C’est donc au travers de la justice que nous sommes contraints d’attendre la résolution de notre affaire et contrairement à ce qu’avancent nos détracteurs, nous avons quelques arguments factuels solides à proposer.

Nous gardons bien-sûr l’esprit ouvert et positif, nous pouvons apprendre de toute situation et faire naître d’autres aventures au combien plus positives !

Karine Gourand, Présidente de Croc'Mon Bio et son super co-fondateur Michel Lanckman vous saluent bien ! :)

Derniers billets postés

BIentôt vos recettes préférées ici

BIentôt vos recettes préférées ici

Vous avez des recettes que vous aimeriez partager ? envoyez les nous avec une jolie photo du plat (et ...

Lire la suite
Bienvenue sur le blog

Bienvenue sur le blog

Vous pourrez retrouver ici toutes les dernières infos et articles ... Dans très peu de ...

Lire la suite

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

Les informations recueillies sont utilisées pour publier votre commentaire. Conformément au "règlement général sur la protection des données personnelles", vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant Croc'Mon Bio par email (contact@crocmonbio.com). Consulter les détails du consentement.

Haut de page