Entreprise Sociale et Solidaire 100% indépendante !

Entreprise Sociale et Solidaire 100% indépendante !

Et si vous deveniez un(e) Croc' Partner...de notre prochaine boutique...

Vous êtes ici : Croc'Mon Bio / Blog

Habitudes alimentaires et Santé ...

Le Docteur Henri Joyeux lors d'une conférence en Belgique ... nous vous en livrons ici que la première partie, cette conférence date de 2010 ...
Il participe régulièrement à ce type de séances d'information du grand public. Il est également auteur d'une newsletter quotidienne sur la santé ...

Si vous voulez en savoir plus et suivre son actualité : http://www.professeur-joyeux.com/

Voici une citation sur la page d'accueil de son site qui résume bien le propos :

« Un bon menu vaut mieux qu’une ordonnance. » Jean Rostand

Où trouver du calcium dans son alimentation ?

Le calcium des légumes vaut celui des produits laitiers : Vrai ou faux ?
C'est vrai

Pour certains légumes.

Seule une partie du calcium apporté par les aliments est assimilée par l’organisme. Certains facteurs liés aux autres composantes du repas et aux aliments eux-mêmes vont favoriser ou empêcher son utilisation. C’est ce que l’on appelle la biodisponibilité.

Ainsi, sur les 300 mg de calcium contenus dans un bol de 250 ml de lait, seuls 100 mg seront assimilés par l’organisme, soit 32 %.

Mais qu’en est-il des légumes ? C’est très variable. Par exemple seulement 6 mg de calcium sur les 115 mg apportés par une portion d’épinards seront absorbés, soit 5%. Mais sur 40,5 mg de calcium contenus dans une portion de haricots rouges, 10 seront absorbés, soit 24%. Et si vous mangez une portion de brocolis contenant 35 mg de calcium ce seront plus de 21 mg qui seront absorbés, soit 61% de biodisponibilité, près du double de celle du lait !

Certes, tout le monde ne mange pas de brocolis et de haricots rouges à table, ou encore du pain complet (biodisponibilité record de 82%). Et les produits laitiers contiennent beaucoup de calcium, même s’il n’est pas si biodisponible que cela, ce qui explique que les personnes buvant peu de lait et consommant insuffisamment d’autres aliments riches en calcium puissent se retrouver carencées.

Néanmoins ces chiffres (intégralité des biodisponibilités accessibles en cliquant ici - table D1-19) montrent que l’on peut très bien couvrir les besoins journaliers en calcium en mangeant des fruits et légumes, des céréales, des poissons gras et non des produits laitiers.

Mis à jour par Jean-Philippe Rivière

Créé le 24 mai 2012

Source : "Nutrition and Your Health: Dietary Guidelines for Americans" : choices for achieving adequate dietary calcium with a vegetarian diet, table D1-19, accessible en ligne (en anglais)

L'article ci-dessous est tiré du site "passeport santé" (version en ligne cliquez sur le titre) : Toute la vérité sur le calcium
 

par Julie Brière

Craignez-vous de manquer de calcium au point de vous forcer à consommer des produits laitiers, des aliments enrichis ou même des suppléments? Avez-vous peur de l'ostéoporose? Une paranoïa concernant le calcium traverse l'Amérique, créée en grande partie par l'industrie laitière. Il est temps de crever ce ballon et de retomber sur le plancher... des vaches.

Qui ne sait pas que le calcium est bon pour les os et les dents? Même les enfants l'apprennent très tôt à l'école. Mais qui sait que le magnésium est autant sinon plus important que le calcium pour les os et le système nerveux? Et qui connaît les aliments qui en contiennent?

Voilà un exemple parmi tant d'autres du manque d'information qui sévit chez nous au sujet de nos besoins réels en minéraux et de leurs sources alimentaires. En fait, c'est comme si toute cette question était biaisée au profit du seul calcium. L'industrie fort lucrative du lait, tant au Canada qu'aux États-Unis, y est pour beaucoup. Il faut même se méfier des recommandations formulées par les autorités! L'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme en effet qu'il suffit de 400 à 500 mg de calcium par jour, tandis que les recommandations canadiennes, qui étaient déjà de 700 mg il y a quelques années, préconisent maintenant 1 200 mg par jour!

Les producteurs de lait investissent beaucoup d'argent pour nous faire « triper lait ». Impossible de manquer les affiches, logos, commerciaux, commandites d'émissions et d'événements sportifs, pages complètes dans les magazines... Ils vendent même des disques! Nous sommes littéralement envahis. Pourtant, à une époque pas si lointaine, le lait était réservé aux enfants. Or, après la Deuxième Guerre mondiale, l'industrie laitière s'est mise à utiliser les G.I. de l'armée américaine pour attirer le consommateur adulte et mousser ses ventes. Boire du lait est alors devenu synonyme de force et de santé à tout âge. Ça ne s'est pas arrêté depuis.

S'il n'y avait pas autant de publicité consacrée au lait et au calcium qu'il contient, s'en soucierait-on autant? Rien n'est moins sûr. Par ailleurs, de plus en plus de gens s'aperçoivent que les produits laitiers ne leur conviennent pas et plusieurs thérapeutes recommandent même à leurs clients d'en réduire leur consommation. Après tout, une partie importante des humains de la planète n'a jamais bu une goutte de lait de vache et ne s'en porte pas plus mal...

La réalité

Rétablissons les faits. Le calcium est effectivement présent en grande quantité dans les produits laitiers. Ce qu'on omet de dire cependant, c'est qu'il y en a seulement 30 % d'assimilable par l'organisme. Autrement dit, votre corps n'absorbera au mieux que 90 des 300 mg du calcium contenu dans une tasse de lait. Le calcium des légumes est quant à lui deux fois mieux assimilé, soit dans une proportion de 50 à 70 %. Une tasse de brocoli ou de bok choy cuits équivaut donc facilement à un verre de lait. Parmi les autres bonnes sources de calcium, il y a le chou cavalier, les feuilles de navet, les sardines, le maquereau et le saumon rose en boîte avec les arêtes, le tofu traité au sel de calcium, les légumineuses (doliques à oeil noir, haricots blancs, etc.), les algues (hijiki, wakamé, etc.), le rutabaga, la mélasse noire (black-strap) et les figues.

Les aliments cultivés de façon biologique ou biodynamique sont naturellement plus riches en vitamine C, molybdène, manganèse, magnésium, cuivre, vanadium et silice que ceux provenant de la culture industrielle. Ces nutriments sont aussi essentiels à la santé osseuse que le calcium.

Il existe également des aliments enrichis de calcium, comme le jus d'orange et les boissons de soya ou de riz. Une surconsommation de ceux-ci peut cependant conduire rapidement à un déséquilibre minéral. Il ne faut pas oublier que tous les minéraux sont importants dans l'organisme et qu'un apport trop élevé de l'un d'eux peut créer des problèmes. C'est ce qui risque de se produire avec la folie actuelle concernant le calcium, qui nous pousse à en ajouter partout, jusque dans certaines friandises!

On le voit, il est beaucoup plus facile qu'on nous le laisse croire de combler ses besoins en calcium autrement qu'avec des produits laitiers. D'ailleurs, les guides alimentaires devraient toujours proposer des substituts : ça n'a aucun sens que l'on soit limité à un seul type d'aliment, surtout lorsque plusieurs personnes ne peuvent le tolérer.

On devrait également cesser de nous faire croire que seul le calcium agit sur nos os. Le Dr Alan R. Gaby, médecin américain spécialisé en nutrition et auteur du livre Preventing and Reversing Osteoporosis, précise pour sa part : « Les recherches demeurent insuffisantes mais, si l'on me demandait de deviner quel nutriment est le plus important pour la santé osseuse, je dirais qu'il s'agit du magnésium. » C'est dans le quinoa, les légumes verts, les noix et les légumineuses que l'on retrouve le plus de magnésium. Ces aliments contiennent aussi du calcium, en plus de plusieurs autres minéraux et oligo-éléments qui font équipe pour assurer la santé des os et des cartilages.

Idées riches en calcium

Ajoutez à vos menus des légumineuses, des algues et surtout des légumes verts.

Allez dans les marchés publics et les magasins d'aliments naturels, où vous pourrez trouver des légumes dont on n'a pas coupé les feuilles. Ces dernières, comme celles des navets et des betteraves, sont très riches en calcium. Mettez- en dans vos soupes ou faites-les sauter à la poêle avec une touche d'huile d'olive. Faites la même chose avec les algues hijiki ou wakamé.

Utilisez du tahini (beurre de sésame) comme base de vinaigrette ou en tartinade, avec de la mélasse ou du miso.

Remplacez le couscous et le boulghour par du quinoa.

Créez! Voici une recette express de sauce exotique pour les pâtes. Passez au mélangeur des haricots blancs ou des doliques à œil noir cuits, du tahini, du miso, du gingembre, du citron et des assaisonnements au goût jusqu'à l'obtention d'une consistance lisse. Réchauffez dans une casserole et servez sur du quinoa ou des pâtes de sarrasin ou de riz brun. Saupoudrez de graines de sésames entières rôties et accompagnez le tout d'un légume sauté à la poêle tel le chou bok choy.
En un repas, vous aurez dépassé la quantité de calcium recommandée par l'OMS!

Conditions d'absorption

En réalité, le calcium a bien d'autres vertus. Il soutient la contraction des cellules musculaires (incluant le cœur) et contribue à la transmission des signaux dans les cellules nerveuses. Il agit comme tampon contre les surplus d'acidité dans le sang et joue un rôle dans l'activation de différentes enzymes, dont la lipase (qui digère les gras), ainsi que dans la coagulation sanguine et le fonctionnement de la thyroïde. Selon certaines études, il apaiserait également les symptômes prémenstruels, agirait contre l'hypertension et préviendrait les calculs biliaires, surtout chez l'homme. Son métabolisme est cependant très complexe.

Pour pouvoir absorber le calcium, par exemple, l'organisme doit posséder un taux adéquat de vitamine D, la fameuse vitamine soleil. Celle-ci aide à la synthèse d'un transporteur du calcium à travers la muqueuse intestinale vers le sang, puis dans les os. Au Québec, cependant, d'octobre à mars, les rayons du soleil sont trop faibles pour que le corps puisse fabriquer cette vitamine. Il faut alors se tourner vers celle contenue dans des aliments comme les poissons d'eau salée (hareng, maquereau, saumon rose, sardine, etc.), l'huile de foie de poisson et les œufs. On en trouve également dans certains aliments enrichis, comme le lait de vache ou les boissons de soya, et dans les suppléments.

Par ailleurs, demeurer immobile ou assis à longueur de journée nuit à l'assimilation du calcium. Pour encourager le processus, vous devez en effet exercer une pression sur vos os en effectuant des exercices debout comme la marche, la danse, le patin et le ski. Parce que l'eau vous soutient, la natation ne serait pas aussi efficace.

Le pire traitement que vous pouvez réserver à vos os et à vos articulations, finalement, c'est d'avaler de grandes quantités de boissons gazeuses. Les colas contiennent en effet beaucoup de phosphore, de sucre et de caféine, trois ennemis prouvés du calcium.

Et l'ostéoporose?

L'ostéoporose n'est pas liée à un manque de calcium mais plutôt à une mauvaise assimilation ou à une perte de minéraux et d'oligo-éléments, incluant le calcium, qui sont généralement causées par de mauvaises habitudes alimentaires. Rien ne sert donc d'ajouter des doses toujours plus élevées de calcium dans votre alimentation, d'autant plus que vous risquez alors un déséquilibre minéral et des calcifications. L'important, c'est de bien l'assimiler et de s'assurer de le conserver. En effet, si le corps est trop acidifié à cause d'un excès de stress ou de sucre, d'un manque d'oxygénation, d'un régime alimentaire insuffisant en légumes ou de la consommation de boissons gazeuses, il va chercher du calcium dans sa réserve : le squelette. Un tiers de cette réserve est facilement mobilisable et se perd aisément, ce qui peut entraîner une fragilité osseuse et de l'arthrose. Les diarrhées fréquentes, l'excès d'alcool, de caféine ou de sel et la consommation de son de blé nuisent également au métabolisme du calcium.

Dans son livre intitulé La ménopause : aux hormones ou au naturel?, le Dr Paul Lépine explique bien le phénomène : « Si l'on regarde la totalité des études qui ont été faites à ce sujet, nombreuses sont celles qui démontrent que l'apport en calcium est un facteur mineur, voire négligeable, dans le risque de fracture. L'apport en protéines végétales semble un facteur protecteur beaucoup plus puissant. » Il ajoute : « L'ostéoporose n'est pas une maladie et ne rend pas malade; elle est plutôt un facteur de risque de fractures. »

Ainsi, ce qu'il faut prévenir n'est pas l'ostéoporose mais la fracture elle-même. Quels sont les facteurs nous y prédisposant? Le manque d'exercice - particulièrement de celui en posture debout, comme nous l'avons déjà vu -, qui rend les os plus fragiles, les réflexes moins vifs et les muscles moins forts. Il y a finalement l'absorption de substances diminuant la vigilance, comme l'alcool et les médicaments contre l'anxiété, la dépression et l'insomnie. « Ces substances augmentent de manière très importante le nombre de chutes, et donc le risque de fracture », explique le Dr Lépine.

Et les suppléments?

Quand en prendre?

Si votre alimentation est peu variée et qu'elle contient peu d'aliments riches en calcium. Si vous prenez des corticostéroïdes, des laxatifs, des antiacides ou des diurétiques. Si vous avez des problèmes d'intestin ou des muqueuses endommagées. Si votre rythme de vie est très stressant, que vous passez peu de temps à l'extérieur et que vous faites peu d'exercice physique. Si vous consommez beaucoup de sucre.

Pendant combien de temps?

Pendant un minimum de trois mois. L'important est de faire des pauses, par exemple durant les week-ends ou une semaine par mois.

Sous quelle forme?

Le calcium chelaté (citrate ou citrate-malate), accompagné de magnésium. Cette forme s'assimile très bien, même à jeun, et ne cause pas d'inconforts digestifs.

Quelle quantité consommer?

Les études suggèrent de ne pas dépasser 500 mg à la fois. Si vos besoins sont supérieurs à 500 mg, répartissez votre dose en deux ou trois prises. Ne dépassez pas 2 500 mg par jour.

À quel moment de la journée?

On devrait prendre le citrate de calcium au coucher. Si on a besoin de quantités élevées, il vaut mieux prendre la première dose au déjeuner ou avec une collation en après-midi. Étalez les doses d'autres minéraux et d'oligo-éléments durant la journée afin de vous assurer qu'ils n'entrent pas en compétition les uns avec les autres. Les suppléments de fer et de chrome doivent être pris deux heures avant ou après les suppléments de calcium.

Quelle interaction éviter?

Prenez vos suppléments deux heures avant ou après une médication.

En finir avec la peur

Même si nous avons tous un corps, chacun demeure unique : aucune formule standard ne peut donc convenir à tous! On oublie trop souvent que les chiffres utilisés dans les recommandations alimentaires officielles ne sont que des moyennes : elles sont très peu représentatives des besoins réels de chaque individu.

On ne cesse par ailleurs d'augmenter les doses de calcium, soi-disant nécessaires à une bonne santé. On cherche ainsi à compenser pour les mauvaises habitudes de vie des gens, qui font en sorte qu'ils puisent régulièrement dans les réserves de calcium de leur squelette. La solution n'est pourtant pas d'augmenter l'apport de calcium mais de prendre les moyens pour bien l'assimiler et, surtout, pour ne pas en perdre!

À une époque où l'on est noyé de recommandations variées et souvent peu objectives, il est important de se faire sa propre idée sur ce qui est bon pour soi. Ainsi, pour combler ses besoins en calcium, le plus important est de maintenir un équilibre et de saines habitudes de vie. Cela peut se résumer par de l'exercice physique exécuté au grand air, de la relaxation, la découverte de nouveaux aliments, des façons originales de les cuisiner, des méthodes écologiques pour les jardiner et surtout un environnement rempli de plaisir et de détente pour les déguster.

La connaissance doit servir à ouvrir la conscience et non à créer des peurs et à dresser des murs de complexité qui nous éloignent des besoins réels de notre corps. Pour naviguer dans l'océan de points de vue proposés, puisez vos informations de diverses sources, puis faites confiance à votre intuition, qui demeure en fin de compte un très bon indice de la voie à suivre.

Interactions risquées

Plusieurs médicaments peuvent compromettre la biodisponibilité du calcium, dont les corticostéroïdes comme la Prednisone, un anti- inflammatoire, les laxatifs (Cascara Sagrada, psyllium, séné, etc.), les antiacides à base d'aluminium et les diurétiques.

L'aluminium et les métaux lourds (plomb, cadmium, etc.) sont également de sournois compétiteurs du calcium et en empêchent l'absorption.

En ce qui concerne l'aluminium, il peut provenir de l'eau du robinet, car les villes utilisent des sulfates d'alun (aluminium) comme coagulant dans leurs systèmes de filtration. Ajoutez un filtre à votre robinet afin d'éviter que des résidus de cette substance se retrouvent dans votre eau. Parmi les autres sources, il faut noter les ustensiles de cuisson en aluminium (si vous les utilisez avec des préparations acides), les canettes de boissons gazeuses et les boîtes de conserve endommagées, les antisudorifiques et les médicaments avec enrobages entériques, comme l'aspirine.

Quant au plomb, les principales sources proviennent des cosmétiques, des teintures et de l'eau qui a séjourné dans de vieilles tuyauteries soudées au plomb (on conseille alors de laisser couler l'eau quelques minutes avant de l'utiliser). Le cadmium est entre autres présent dans la fumée de cigarette ainsi que dans les abats, les mollusques et les crustacés.

 

Ressources

La ménopause : aux hormones ou au naturel? Une approche intégrée, Dr Paul Lépine et Danielle Ruelens, Éditions Quebecor, 2002.
Le calcium, diététique en action, vol.12, no 1, printemps 1998.
Le lait actuel aide-t-il vraiment les os?, Carol Vachon, Éditions Convergent, 2002.
Devenir végétarien, Vesanto Melina, Victoria Harrison et Brenda Charbonneau Davis, Éditions de l'Homme, 1996. Preventing and Reversing Osteoporosis, A.R. Gaby, Prima Publishing, 1994.

 

Cet article est paru dans le Guide Ressources, vol 18, no 1, septembre 2002. ©Tous droits réservés par Julie Brière. Cet article a été reproduit avec la permission de l'auteur.

 

Invitation à la Ferme

Emmanuel Péard (celui qui est visiblement en manque !) : Après mes études en transformation laitière à l’Enilbio de Poligny, puis d’ingénieur agricole, et diverses expériences professionnelles, je me suis installé sur cette ferme de St Gabriel en Janvier 2006, pour assouvir ma passion d’éleveur laitier.

J’ai une quarantaine de vaches laitières dont certaines que vous pouvez admirer sur le site. Ma ferme couvre 80 hectares et je suis en Agriculture Biologique.

Jean-Michel Péard (celui qui a oublié que pour déguster, il faut ouvrir la bouche) : Je suis le frère d’Emmanuel et je l’accompagne dans cette aventure captivante avec pour volonté de prouver qu’il est possible de proposer autre chose que des produits dénaturés par l’industrie agroalimentaire.

Pour compléter l’équipe, Vincent et Melvin travaillent au sein de la yaourterie et Nadège au secrétariat et à la compta.

Ensemble, nous voulons vous faire déguster le meilleur du fermier bio, c’est pourquoi nous travaillons avec du lait frais de la traite du matin ou du soir. Notre lait bio est le fruit de nos 40 équipières qui savourent des fourrages sans pesticides ni engrais chimiques*, à l’abri des nombreuses haies préservées sur la ferme.

Notre matière première, notre lait, est choyée puisqu’elle ne subit aucun traitement mécanique.

  • pas de standardisation (process qui consiste à retirer ou ajouter les éléments du lait comme les protéines ou les matières grasses pour arriver à un taux standart)
  • pas d’homogénéisation (explosion des particules de matières grasses pour permettre une meilleure conservation du produit) mais qui selon des études provoquent une assimilation trop rapide par l’intestin et génère du cholestérol.
  • des ingrédients 100% naturels*, chez nous pas de "saveur vanille" ou "goût vanille" synonyme d’arôme chimique, mais de l’arôme naturel de Vanille issu de vanille bio*, des produits moins sucrés (en moyenne 20%) et avec du délicieux sucre de canne non raffiné !

Nos produits sont également sans conservateur*, comme le "sorbate de potassium" très utilisé dans les yaourts aux fruits. C’est pourquoi nos produits sont plus sensibles aux variations de température, mais en contrepartie plus natures ! Le sac isotherme est leur meilleur ami, alors pensez-y lors de vos achats.

* conformément au mode de production agriculture biologique

Authentique

Des vaches nourries majoritairement à l’herbe

Nos vaches mangent de l’herbe sous différentes formes en fonction des saisons.

  • au printemps jusqu’à l’automne dans les prés, de l’herbe fraîche.
  • en hiver, du foin et de de l’enrubannage (herbe fraîche stockée dans une enveloppe plastique recyclable).

et en complément le matin en hiver, du maïs ensilé avec un mélange de céréales de la ferme ou du tourteau de colza

Par ailleurs, nous privilégions des médecines douces comme l’homéopathie.

Fabrication en cuves traditionnelles

Notre volonté est de reprendre les méthodes douces de traitement du lait, aussi nous n’utilisons que des cuves en inox, dans lesquelles le lait est pasteurisé lentement.

Nous limitons les traitements du lait souvent synonymes de détérioration de la matière première et consommateurs d’énergie. Par exemple, nous n’homogénéisons pas notre lait. Ce process de fabrication vise à diviser les particules de matières grasses en les éclatant sur une pointe. Ainsi, la matière grasse présente dans le yaourt (environ 3%) est répartie dans le produit. Sur nos yaourts au lait entier non brassés, vous retrouvez la couche de crème sur le dessus du yaourt. Nos produits ont le même taux de matière grasse que des yaourts industriels, la couche de crème a juste été respectée. C’est meilleur, non !

Depuis 1940 un savoir faire transmis de génération en génération

Je représente la 4ième génération d’éleveur laitier, après mon père Jean-Pierre, mon grand-père Raymond et mon arrière grand-père Arsène. Sans doute un atavisme !

Naturel

Nous sommes en Agriculture biologique c’est pourquoi nous n’utilisons pas d’arômes, de colorants ou de conservateurs chimiques

Au lait frais de la traite du matin ou du soir

Peut être avons nous tendance à l’oublier mais le plus important dans un yaourt c’est le lait. C’est pourquoi nous utilisons le lait frais du jour tout chaud qui dispose des meilleurs qualités organoleptiques. Nous y rajoutons celui du soir, lorsque la traite du matin ne suffit pas !

Pas de conservateurs Pas de colorants Sans OGM

Nous n’utilisons pas de conservateurs comme le sorbate de potassium, très utilisé dès que le yaourt contient des fruits. Nous n’utilisons pas d’OGM, ce qui malheureusement n’est connu que pour les produits biologiques. En effet, vous pouvez donner du tourteau de soja OGM à vos vaches, sans que l’information soit indiquée sur le lait ou la viande issus de ces animaux.

Uniquement des arômes naturels

La majorité des produits en Ultra frais utilisent des arômes artificiels, c’est pourquoi vous voyez fleurir les dénominations "saveur" ou "goût". Chez nous, que des arômes naturels, pas de chimie.

20% de sucre en moins et utilisation de sucre de canne Bio

Nos produits contiennent en moyenne 20% de sucre en moins qu’un produit industriel de même catégorie. Nous n’utilisons pas de sirop de glucose fructose qui est un sucre raffiné très présent dans les produits industriels. Il est peu cher et coupe le sentiment de satiété. Nous préférons le sucre de canne bio, plus riche et plus sain !

Moins de kms qu’un yaourt industriel

Nous produisons et commercialisons la majorité de notre production en Loire Atlantique, et sommes particulièrement vigilent sur la provenance de nos ingrédients.

L’objectif est de minimiser l’impact sur l’environnement. Une étude réalisée en Allemagne sur un pot de yaourt en verre à la Fraise montre que la totalité des ingrédients et le produit fini parcourent 9115 kms !

Même si pour certains ingrédients, il est difficile de diminuer les kms parcourus (ex : la banane), pour d’autres c’est plus facile. Ainsi, le lait sur ma ferme, parcourt 5 mètres entre la vache et la cuve de fabrication au lieu de 35kms en moyenne dans l’étude. Les kms entre la production et le consommateur sont de 60 kms au lieu de 668 kms. Pour nos emballages, les petits pots sont produits dans le Maine & Loire, les gros pots à Besançon.

Emballages 100% recyclable

Nous n’utilisons que des emballages en matériaux recyclables pour nos produits. Du carton (cartonnette), de l’aluminium (opercule) et du polypropylène (pot) garanti sans phtalates ni bisphénol A. Ces 3 matériaux sont recyclables à l’infini s’inscrivant dans une démarche de développement durable.

Nous avons également crée notre propre filière de recyclage, baptisé Recyclocal.

Juste rémunération du producteur et des salariés

Notre souhait est que toute l’équipe puisse vivre décemment de l’activité après la période de lancement. Pour l’instant, cela reste un objectif !

(Tiré de leur site pour plus d'infos : http://www.invitationalaferme.com/qui-sommes-nous/)

Les Labels représentés sur Croc'Mon Bio


ECOCERT
Ecocert est un organisme de contrôle et de certification agréé par le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi. En termes de structure et de procédures, Ecocert est accrédité par le COFRAC -Comité Français d’Accréditation- selon la norme ISO 65 qui exige indépendance, compétence et impartialité. Les fabricants écocertifiés sont ainsi contrôlés 2 fois par an par un auditeur Ecocert indépendant.

Les garanties
95% minimum des ingrédients sont d'origine naturelle.
10%minimum du total des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique
5% maximum font partie d'une liste très restreinte de molécules synthétiques qui demeurent indispensables comme agents de conservation. Une liste positive limitée, précise les molécules autorisées, dont la présence doit par ailleurs être explicitée sur l’emballage.
 
Les ingrédients sont collectés, transformés ou extraits selon des procédés validés par Ecocert (démarche et méthode de production respectueuses de l'environnement).
Les parfums et colorants de synthèse, les silicones, les parabens, les glycols, etc. sont interdits.
Les matières premières d’origine animale et les tests des produits sur les animaux sont interdits. Certains produits et sous-produits animaux ne mettant pas en cause directement la vie des animaux et dont le prélèvement n’a pas d’effet néfaste sur les équilibres écologiques peuvent néanmoins être utilisés (cire d’abeille, propolis, miel, lait, etc.).
 
Plus d’informations: www.ecocert.fr



COSMEBIO
Cosmebio est née en 2002 de la collaboration d’une dizaine de laboratoires cosmétiques engagés dans l’élaboration d’un cahier des charges d’une cosmétique éthique.
La charte Cosmebio a donné naissance à un cahier des charges très exigeant déposé auprès du Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi et paru au Journal Officiel le 09 Avril 2003. Ce référentiel définit de façon stricte, transparente et sans ambiguïté, la « cosmétique Ecologique et Biologique ». Le contrôle est effectué par des organismes certificateurs indépendants et agréés comme Ecocert ou Qualité France qui labellisent les produits cosmétiques, et non les marques.
Il existe deux niveaux de certification : le label Bio, pour - cosmétiques écologiques et biologiques - et le label Eco pour des - cosmétiques écologiques -.

Les garanties
95% (bio) 95% (eco) minimum des ingrédient sont naturels ou d'origine naturelle.
95% ( bio)  50% (eco) minimum des ingrédients végétaux sont issus de l'agriculture biologique.
10% (bio)  5% (eco)  minimum du produit fini sont issus de l'agriculture biologique.
 
Produits garantis sans OGM.
Les parfums et colorants de synthèse, les parabens, les silicones, les matières issues de la pétrochimie et les produits éthoxylés (PEG) sont interdits. Quelques molécules synthétiques demeurent indispensables comme agents de conservation. Une liste positive limitée, précise les molécules autorisées, dont la présence doit par ailleurs être explicitée sur l’emballage.
 
Les matières premières d’origine animale et les tests des produits sur les animaux sont interdits. Certains produits et sous-produits animaux ne mettant pas en cause directement la vie des animaux et dont le prélèvement n’a pas d’effet néfaste sur les équilibres écologiques peuvent néanmoins être utilisés (cire d’abeille, propolis, miel, lait, etc.).
 
Respect de l'environnement au niveau des modes d’obtention des matières premières, des procédés de transformation, des modes de présentation des produits finis, de leur biodégradabilité, du recyclage de leurs emballages et l’ensemble des déchets issus de leur fabrication.
 
 Pas d’ingénierie génétique, ni de radiations ionisantes dans la production et le traitement des produits agricoles.
 
Plus d’informations: www.cosmebio.org



NATURE ET PROGRES
Nature et Progrès est une association de consommateurs, de producteurs agricoles et de professionnels de la cosmétique biologique unis dans un même mouvement en faveur d’une agriculture biologique respectueuse de la biodiversité, du tissu rural et du savoir-faire agricole sans le refus du progrès.
L’objectif est donc de développer des produits respectueux des hommes, des animaux, des plantes et de la planète.  Le cahier des charges du label Nature & Progrès est très strict : pour qu’un produit soit labellisé, il exige que 100% des ingrédients soient issus de l’agriculture biologique et qu’un minimum de 70% des gammes de la marque soit labellisés Nature et Progrès. De plus, l'entreprise doit adhérer à la Charte générale de Nature & Progrès concernant les enjeux environnementaux, sociaux, économiques et humains.

Les garanties
100% des ingrédients végétaux sont issus de l'agriculture biologique ou d'une cueillette règlementée
 
Produits garantis sans OGM.
Les matières premières doivent être obtenues en ayant recours à des procédés physiques ou chimiques simples n’utilisant pas de molécule de synthèse.
Les conservateurs, parfums et colorants de synthèse, les silicones et les matières issues de la pétrochimie sont interdits.
Les matières premières d’origine animale et les tests des produits sur les animaux sont interdits.

Plus d’informations: www.natureetprogres.org




AGRICULTURE BIOLOGIQUE
Propriété exclusive du Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche qui en définit les règles d’usage, la marque AB (Agriculture Biologique) concerne les produits agricoles et denrées alimentaires. La certification est placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les Pouvoirs Publics, répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, de compétence et d’efficacité tels que définis par la norme européenne EN 45011.
L’agriculture biologique est un système de production agricole spécifique qui exclue l'usage d’engrais et de pesticides de synthèse et d'organismes génétiquement modifiés. Il est basé sur la gestion rationnelle de la fraction du sol, dans le respect des cycles biologiques et de l'environnement. Il tient compte des connaissances en écologie, pour une production de qualité, équilibrée, plus autonome, plus économe et non polluante.

Les garanties
95% au minimum des ingrédients sont issus de l'agriculture biologique.
 
Les pratiques agronomiques et d’élevage sont respectueuses des équilibres naturels, de l’environnement et du bien-être animal.
Le respect de la réglementation en vigueur en France.
Produits garantis sans OGM.
Produits garantis sans ingrédient chimique de synthèse.
 
Plus d’informations : Agriculture biologique




DEMETER
Demeter est le label de l’agriculture bio-dynamique. En 1924, Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, posa les fondements de l’agriculture bio-dynamique, sous la forme de huit conférences prononcées au Domaine Koberwitz, près de Breslau en Silésie.
Définition de Rudolf Steiner :
« L’agriculture bio-dynamique est une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquise par une vision qualitative/globale de la nature. Elle considère que la nature est actuellement tellement dégradée qu’elle n’est plus capable de se guérir elle-même et qu’il est nécessaire de redonner au sol sa vitalité féconde indispensable à la santé des plantes, des animaux et des Hommes grâce à des procédés « thérapeutiques ».

Les buts de l’agriculture bio-dynamique
  • soigner la terre
  • régénérer, façonner et entretenir les paysages
  • fournir aux Hommes une alimentation saine
  • développer l’approche du vivant et comprendre le rôle de l’Homme
  • ouvrir de nouvelles perspectives sociales sur les fermes comme dans les liens producteurs, consommateurs (en y incluant les commerçants)
Il faut savoir également que l’agriculture bio-dynamique et l’agriculture biologique sont de conception différente mais poursuivent les mêmes buts. Le label Demeter étant beaucoup plus exigeant que le label Agriculture Biologique.

Plus d’informations: www.bio-dynamie.org/index.htm


COSMOS



COSMOS-standard nouveau label européen qui permet de certifier internationalement les cosmétiques naturels et bio.
Les membres fondateurs de COSMOS-standard ont précisé le 8 avril dernier que  la procédure d’agrément serait désormais élargie autorisant de nouveaux organismes de certification qui pourront ainsi eux-aussi certifier au standard COSMOS.
Cosmos est un logo européen créé en accord avec les labels des différents pays : Ecocert et Cosmebio (France), BDIH (Allemagne), ICEA (Italie) et SOIL Association (Angleterre).
Les garanties :
    •    Le produit doit être à 20% bio (sans compter l’eau non certifiable) et 10% bio pour les lotions,
    •    95% des ingrédients certifiables et transformés mécaniquement doivent être bio,
    •    30% des ingrédients naturels et transformés chimiquement doivent être bio,
    •    Les emballages et suremballages doivent être biodégradables et recyclables,
    •    Le pourcentage d’ingrédients naturels et d’ingrédients bio doit figurer clairement sur l’emballage: pourcentage du poids total et pourcentage du poids sans eau.
Les interdits
Pour être certifié, un produit ne doit pas:

    •    Faire de test sur les animaux,
    •    Contenir de produits de synthèse,
    •    Contenir de conservateurs de synthèse (parabens ou le phénoxyéthanol),
    •    Contenir de dérivés pétrochimiques (silicones…),
    •    Contenir d’OGM,
    •    Subir de traitements ionisants.
 
Les produits certifiés portent le logo de l’organisme de certification de base (Ecocert, BDIH…) complété par la mention « Cosmos Organic » ou « Cosmos Natural ».
 
Plus d’informations sur : www.cosmos-standard.org




MAX HAVELAAR
Fairtrade / Max Havelaar est un label international qui regroupe des ONG et des représentants de producteurs. Son but : utiliser le commerce pour donner à des paysans et employés de l’hémisphère sud les moyens de lutter eux-mêmes contre la pauvreté.
Le commerce équitable, est donc un échange simple : ici, vous achetez des produits portant le label, quelle que soit la marque. Là-bas, des producteurs défavorisés améliorent leur revenu, respectent l’environnement et s’unissent pour décider eux-mêmes de leur avenir.
Le label Max Havelaar est géré par la fédération Fairtrade Labelling Organisations (FLO) qui détermine les standards et les conditions d'obtention du label. La FLO est elle-même membre de FINE, la réunion des grandes fédérations mondiales du commerce équitable : WFTO, News, Efta et FLO.

Les garanties
 
Prix minimum : en concertation avec les producteurs, Max Havelaar définit un prix minimum d’achat pour chaque matière première. Celui-ci doit d’abord couvrir le coût de production en tenant compte du respect de son environnement. Ensuite, il doit assurer les besoins élémentaires de sa famille : nourriture, hygiène, éducation, santé…
 
Relation stable : les acheteurs du commerce équitable le sont sur la base d’une relation stable. De nombreux importateurs choisissent de s’engager sur une base régulière avec leurs fournisseurs. Ceci permet d’avoir confiance en l’avenir et de prendre la décision d’investir quand c’est nécessaire.
 
Préfinancement : généralement, les producteurs peuvent demander aux acheteurs du commerce équitable d’avancer jusqu’à 60% du prix de leur future récolte dès le début de la saison.
 
Professionnalisation : pour exporter durablement et sortir des logiques de charité, les producteurs doivent fournir des produits conformes aux exigences de qualité du consommateur.

Développement : la prime de développement représente généralement autour de 10% du prix de la marchandise versé à la coopérative. Cet argent est géré collectivement par les producteurs dans une perspective d’avenir. Il permet des investissements au bénéfice de tous.
 
Respect de l'environnement : pour chaque filière, les standards dressent une liste détaillée des produits phytosanitaires interdits. Les critères minimaux demandent la réduction de tous les intrants chimiques et l’introduction de fumure organique.
 
Gestion des ressources : les standards demandent aux producteurs de mettre en place des plans de gestion pour l’utilisation des sols, de l’eau et du feu afin de préserver les ressources. Ils doivent respecter les milieux naturels sensibles.
 
Interdiction des OGM : les semences OGM sont interdites par les standards de la FLO.
 
Plus d’informations: www.maxhavelaarfrance.com et www.fairtrade.net

Les Fruits & Légumes Collection 2013


OEUFS :
Aux Saveurs de l’Etrille - Jullien Etienne - 2822 à St Hilaire / Yerre - France


PRODUCTEURS DE FRUITS :




Abricot :
Mr&Mme Reymond - EARL Le Peyron - Quartier le Peyron - 05511 Claret - France

Citron & Kumquat :
Coop Agric. Ortofrutticola - Mr Calcerano Pietre - Via Matteotti, 19 - 94012 Barafrance (Sicile)

Clémentine, Satsuma & Mandarine :
Coop Cofrudeca - San Isidro Labrador, 9 - 46868 Belgida (Valencia) - Espagne

Kiwi :
Opac (Org. des Producteurs de Corse) - Route de Corte - 20270 Aléria - Corse
Ardeche Bio - Les Grandes Jasses - 07200 St-Didier sous Aubenas - France

Melon Canari & Charentais :
Mr Michel Lemouzy - Lieu dit mansou - 82210 St Nicolas de la Grave
Mr Seimandi Joel - Chemin des Vences - 13122 Ventabren
Mr & Mme Robert et fils - Gaec de Pech-Revel - 46170 Flaugnac

Nectarine & Pêche :
Mme Arlette Saussac - 787 chemin de la plaine - 07200 Saint-Didier-sous-aubenas - France

Noisette coque :
Mr Piva - P.Berghman - 20230 San Nicolao - Corse

Pêche Blanche, Jaune, de Vigne, etc :
Carle Fruits Nature - St-Martin - 26270 Loriol (Drôme) - France
Mr Simeon Mickaël - 07430 Vernosc-lès-Annonay (Ardèche) - France

Poire :
EARL Mas de Florent - Ayme Jérôme - 1562, Ch d’Arles - 13690 Graveson - France
Mr Vignaud Claude - SCA Clos Rejane - 34, Av Joseph Callet - 13870 Rognonas - France

Pomelo Blanc, Jaune, Rose :
SASU  Santo Bianco - Mr de la taste bertrand - 20270 Aleria (Tallone) - Corse
Mr Jean-Fançois renucci - Alimea - 20230 Linguizzetta - Corse

Pomme :
Lica Fruits - 84210 Althen des Paluds - France
Earl Sarnette - Le Grand Roulet - 84300 Les vigneres (Provence) - France
Earl Beaumonts Nature - Orius O.P - 45420 Bonny-sur-Loire - France

Prune, Reine-Claude, Mirabelle :
Mme Cousin - Earl capricorne - St jean - 05150 Bruis (Hautes-Alpes) - France
Mr Moles - Aux Saveurs du Quercy - Paradou - 82110 Cazes Mondenard - France
Le Verger du Limousy - 47380 Pinel Hauterive (Sud-Ouest)  - France
Mr Frenneaux - Saveurs du Quercy - Mazeres - 82110 Cazes Mondenard (Sud-Ouest) - France

Raisin Blanc & Noir :
SCEA Fruits Meuse - 2 rue Louise Cottin - 55210 Vigneulles-lès-Hattonchâtel - France
Mr Patrick Augier - 643 Les Gres - 84490 St Saturnin les Apt (Provence) - France

PRODUCTEURS DE LEGUMES :




Artichaut Violet & Camus :
Earl Bohic - Toul ar brochet - 29660 Carantec (Bretagne) - France
Mas Sas - Bel Air - 29670 Taule (Bretagne) - France

Aubergine Noire, Ronde & Grafitti :
Mr Jérôme Ayme - 13690 Graveson (Provence) - France
Mrs Serradimigni Père & Fils - 13130 Berre L’Etang - France
Mr Bruno Gaudin - 47190 Lagarrigue (Grand Sud Ouest) - France
Mr Jean-François Dumas - Mas Terrusse - 13310 Saint-Martin-de-Crau (Provence) - France
Sarl Reuse - Mas St Jean - 30127 Bellegarde - France

Betterave Jaune & Rouge :
Mr Thierry De Pierrepont - 50430 Lessay (Normandie) - «La Batonnerie» - France
Scea Paul - 41700 Contres (Val de Loire) - France

Blette :
Mr Becquerelle Bernard - Domaine de Reddemont - 77170 Servon (IDF) - France

Brocoli :
Mr Patrick Letrecher - 50760 Montfarville (Manche) - France
Riou. R - Kerranou - 29250 Saint Pol de Leon - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France

Carotte Orange, Sable ou Violette :
«Manoir de la Brosse» - 44580 Fresnay-en-retz (Region Nantaise) - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France
Scea Paul - 41700 Contres (Val de Loire) - France
Mrs Cesbron - Viau - Le Frêche- 49670 Valanjou (Val de Loire) - France

Céleri Branche ou Rave :
Les Sabots d’Argile - Mrs Alain & Christophe Regnault - La Ferme des Rondards - 03210 Marigny - France

Champignon Brun, Blanc & de Paris :
Les Champignonnières de Chancelade - 24650 Chancelade (Perigord) - France
Gaec Delignieres - 4 rue Hallet - 80870 Toeufles - France

Chou Blanc, Rouge, Vert :
Mr Jean-Paul Féron - 50760 Gatteville-Phare (Manche) - France
Mr Jean-François Tartivel - 22290 Pludual (Bretagne) - France
Mr Stéphane Boutier - 35400 Saint-Malo (Bretagne) - France
Mr Dominique Montier - La Baguais - 35430 La Ville Es Nonais - France
                                           
Chou-Fleur Blanc,Orange, Chou Romanesco & Violet :
Mr Henri trvilly - 35400 Saint-Malo (Bretagne) - France
Mr Jacques Feron - 50760 Valcanville (Val de Saire) - France
Earl Bio de l’Allée - 29440 Saint-Vougay

Chou Vert Frisé, Pointu Rouge & Vert :
Riou. R - Kerranou - 29250 Saint Pol de Léon - France

Concombre Long & Noa :
Coop des producteurs légumiers - La Saulaie - 49700 Doue la Fontaine - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France

Courge Butternut, Musquée & Pâtisson :
Mr Jean-Marc Landeau - 66740 Laroque des Alberes (Roussillon) - France
Mrs Cesbron - Viau - «Le frêche» - 49670 Valanjou (Val de Loire) - France
Mr Freichinier Claude - Chemin de la Cride - 13740 Le Rove (Provence) - France
Famille Chardon - Le Clos des Oliviers - 30127 Bellegarde - France
Dolfusvlle - Les Aouilles - 47390 Layrac (Grand Sud Ouest)
                                                                
Courgette Jaune, Verte & Ronde :
Mr Thierry Zanardo - 47130 Clermont-Dessous ( Grand Sud Ouest) - France
Mr Patrick Letrecher - 50760 Montfarville (Val de Saire) - France
Mr Olivier de Saint-André - Le Jas du Rocan - 84810 Aubignan (Provence) - France
Gaec de Martet & Boulogne - 47170 Saint-Pe-Saint Simon (Grand Sud Ouest) - France

Echalion & Echalote :
Mr Leroux Gérard - Bio Poder - 300 rue de Coat Pin - 29420 Mespaul - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France

Épinard :
Coop. Primalot «Lalosse» - 47110 Ste-Livrade-Sur-Lot (Grand Sud Ouest) - France

Fenouil :
Mrs Libourel - 13630 Eyragues (Provence) - France
Mr Jean-Paul Féron - La Hougue - 50760 Gatteville-Phare (Manche) - France

Fève, Haricot Vert, Plat, Rouge & Coco :
Mr Bourven - 95000 Ham Cergy - France
Mr Cauchois Jean-Paul - 13, le Pont Bretier - 37140 Chouzé sur Loire - France
Mr Philippe Delerue - 62400 Essars - (Nord - Pas de Calais) - France

Navet Violet & Jaune :
Mr Jacques Feron - 50760 Valcanville (Val de Saire) - France

Panais :
Coop. Paul - 41700 Contres (Val de Loire) - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France
Riou. R - Kerranou - 29250 Saint Pol de Léon - France

PDT Nicola, Charlotte, Bintje etc :
Domaine de L’auvieres - 84220 Joucas (Provence) - France
Mr Claude Tartivel - 22290 Pludual (Bretagne) - France
Coop. Paul - 41700 Contres (Val de Loire) - France
Earl Humeau - Perdrieau - «Le Marais» - 49380 Faveraye - Machelles (Val de Loire) - France

Persil Plat & Frisé :
Mr Olivier Raynaud - 66700 Argelès-sur-mer (Roussillon) - France

Poireau :
«Manoir de la Brosse» - 44580 Fresnay-en-retz (Region Nantaise) - France
Coop. Paul - 41700 Contres (Val de Loire) - France
Scea Thierry de Pierrepont - «La Batonnerie» - 50430 Lessay - France

Poivron Vert, Rouge & Jaune :
Mr Jean-Pierre menini - 47260 Fongrave (Grand Sud Ouest) - «La Rosée» - France
Claude & Denis Menoury - Chem du Mas des Pères - 34130 - Mauguio - France (Bretagne) - France
Mr Calvez Luc - Earl du Kernic - 29430 Plounevez-Lochrist - France

Potimarron Orange & Vert :
Mr Patrick Pelisson - 84220 Gordes (Provence) - France

Radis Noir, Rouge, Rose :
Mr Jean-Paul Cauchois - 37140 Chouzé-sur-Loire (Val de Loire) - France

Roquette :
Scea Les Sabots d’Argile - Mrs Alain & Christophe Regnault - La Ferme des Rondards - 03210 Marigny - France
Le Potager des Korrigans - Rumaout - 29890 Kerlouan (Bretagne) - France

Salade Batavia, Feuille de Chêne, etc :
E.Delépine - Ets Rochelle - La Grenouille - 49130 Ste Gemmes/Loire - France
Mr Guillaume Verger - 47140 Saint-Sylvestre-sur-lot (Grand Sud Ouest)  - France
Mr Chanau - 47160 Razimet (Grand Sud Ouest)  - France
Earl des Haies « Jumelin» - 47800 Roumagne (Grand Sud Ouest) - France
Mr Pierrick Grasset - 23, Thubert - 44118 La Chevrolière (Val de Loire) - France

Tomate Noire, Rouge, Ronde, Grappe, etc :
Mr Jean-Pierre Menini - 47260 Fongrave (Grand Sud Ouest) «La Rosée» - France
Serradimigni Père & fils - 13130 Berre L’Etang  - France

Topinambour :
Mr Jean-Paul Cauchois - 37140 Chouzé-sur-Loire (Val de Loire) - France
 
Haut de page